Hommages
  ARMAN
  (1928 - 2005)
 
  Armand Pierre Fernandez est né à Nice en 1928. Fils d’un brocanteur, il fréquenta l’Ecole Nationale des Arts décoratifs, qu’il quitta en signe de protestation contre une politique jugée trop conservatrice.
Influencé par les œuvres de Schwitters et de Pollock, il s’essaie à la fin des années 50 à la pratique du tampon et produits ses premiers Cachets.
En 1958, le bouillant Armand, qui à l’instar de Van Gogh signe ses œuvres de son seul prénom, devient Arman à la suite d’une erreur d’impression.
Ami d’Yves Klein et de Martial Raysse, il est au début des années 60 le co-fondateur du courant Nouveau Réaliste, dont naîtra une Ecole de Nice désireuse de s’opposer à l’Avant- Garde parisienne.
Oscillant ensuite entre Accumulations et Fragmentations, sa démarche artistique, qui débute avec ses Colères, est empreinte d’énergie, voire de violence : détruisant, modifiant l’objet dans sa forme, mais le recomposant et le renforçant dans son identité, Arman s’attacha ainsi, en s’inscrivant dans un processus inverse, à détourner des objets du quotidien, symboles d’une société consumériste qu’il considérait comme destructive, et qu’il s’acharna à démystifier.
Ce méditerranéen, perpétuellement entre le Nouveau Monde et la Vieille Europe, installa un de ses ateliers au Quai Antoine 1er, et plusieurs de ses oeuvres (Cavalleria Heroïca, Mélodie, Hermès, Motophant) sont exposées en Principauté.
 
 Retour
Conditions générales d'utilisation | Aide navigation | Accès restreint | Formulaires à télécharger